DOCUMENTATION ANESTHÉSIE 2009 . 2022

Fonds iconographique sur les phénomènes de transformations physiologiques et psychiques. Elle ne cherche pas à établir de délimitations strictes entre le corporel et le spirituel, l’humain et le non-humain, mais plutôt à observer leurs interactions, leurs synergies, lors de rituels et d’états de conscience modifiés par exemple. Les documents qu’elle collecte proviennent de champs divers tels que l’histoire de la médecine, de la pharmacologie, l’ethnobotanique, le chamanisme…témoignant souvent de cette expérience existentielle de l’altérité et de l’inconnu. Enigmatique, ce mécanisme a été récemment exploré par les neurosciences : en étudiant l’effet des psychotropes, les pharmacologues ont découvert que le cerveau humain, était capable de régénérer des connexions neuronales détruites où d’en former de nouvelles. Dans leur laboratoire, les chercheurs redécouvrent aujourd’hui les vertus curatives de molécules utilisées depuis des millénaires par les sociétés chamaniques. La capacité d’agir sur l’esprit est bien sûr à double tranchant, puisqu’elle peut aussi bien devenir un outil de libération qu’une technologie de manipulation et de contrôle. Conçue comme une base de données flottantes, Anesthésie esquisse les contours d’une cartographie parallèle du pouvoir, à la topologie non linéaire, car faites d’indécidables, de va-et-vient, de recoupements et d’espacements. En anthropologue de l’ailleurs, elle (dé) construit ainsi différents rapports au corps et à l’esprit, distincts les uns des autres, mais faisant tous appel à une forme d’énergie invisible, construite, appropriée ou transmise. Victor Mazière

SYMBIOSIS Planche d’archives 80 x 600cm 2021

Laurie Dall’Ava a utilisé pour cette pièce des images d’archive extraites de sa Documentation Anesthésie, un fonds iconographique dans lequel elle puise régulièrement pour construire différents modules. Elle s’est intéressée ici à la notion de symbiose, cette relation intime établie entre deux organismes, le plus souvent pour leur bénéfice commun. La symbiose perturbe les classifications en témoignant de l’inventivité du vivant : Laurie joue d’ailleurs de ce paradoxe, en utilisant un fond de planches botaniques de micro-algues, dont ne subsistent que quelques traces organiques, des fiches et des enveloppes vidées de leur contenu. À ce monde premier et qui sera peut-être dernier, elle a associé d’autres images, transformant les données originelles pour créer un nouveau réseau de sens. Le tissu d’imagerie moléculaire, de séances de guérison chamaniques, de plantes et de champignons psychoactifs que tisse Laurie Dall’ Ava fait écho au réseau mychorizhien, ce gigantesque tapis de mycelium entre les racines des arbres. Les énergies mystérieuses qui se glissent dans les interstices invisibles construisent ainsi des métamorphoses insensibles, permettant de résister et de survivre sous d’autres formes. Victor Mazière

SYMBIOSIS Planche d’archives 80 x 600cm LE PARVIS 2021