INTENTIONS
.

Je développe et précise actuellement un travail POÉTIQUE et ouvert où la matière-image se joue des limites induites par les catégories ou les styles. Les différentes pièces que je mets en place questionnent le pouvoir signifiant, évocateur et anesthésiant que peut avoir l’image, mais aussi le brouillage des pistes et le renversement des valeurs (origines, dates, sources); nécessaires dès lors qu’il s’agit d’un travail poétique où les couches de sens gagnent à se superposer. Le jeu consiste, à travers l’association d’images et la création de liens formels et sémantiques, à se pencher sur la question du positionnement humain, sur l’idée de transformation et sur les possibilités d’être au Monde.
.

Le champ de recherche se situe entre deux grands sous-ensembles, ÉVIDENCE et ILLUSION. Un premier en lien avec l’Extérieur, le visible, à travers la délimitation de la forme, la mesure du Territoire; un second, plus attaché à l’Intérieur, à travers la mémoire et le psychologique, l’imaginaire, voir le Spirituel. Mes travaux évoquent cet espace particulier de la SUSPENSION et de la MISE-EN-LIEN, la neutralité reposante et signifiante de l’entre-deux. Les notions d’ANESTHÉSIE et de CÉSURE me sont chères et reflètent ma conception de l’art comme PASSAGE. Selon Augustin Berque dans «Le sens de l’espace au Japon», le MA «intervalle, transition, pause, respiration; incarne et s’incarne dans tous les éléments qui permettent de relier et/ou de séparer un lieu d’un autre, un temps d’un autre, harmonie entre soi et l’espace…Le Ma sépare tout en reliant.»
.

L’artiste n’est-il pas un drôle d’illusionniste, l’image une faussaire du Réel... Godard dira: «ce n’est pas une image juste, c’est juste une image». Une de mes figures symboliques favorite est celle du LEURRE. J’entretiens une fascination particulière pour tout ce qui a attrait à l’inconnu et au non-visible : magnétisme, radiesthésie, hypnose, lévitation, voyance…Les images, extraites de mes divers fonds iconographiques, sont assemblées de manière intuitive à d’autres documents choisis, photographies, textes, objets trouvés-bricolés. Avec l’intention d’établir des connexions et un sentiment d’ ÉNIGME. Une tension naît entre la volonté de produire du SENS et celle de créer de la confusion ou du moins une réflexion. Je me plais à représenter l’idée paradoxale de TRANSFORMATION et d’invariant. Je développe un fonds iconographique d’images et de documents variés récupérés, dont les sources et origines sont multiples. Cette ARCHIVE, organisée par notions ou mots-clés, me sert de documentation et oriente mes recherches esthétiques comme mes intuitions plastiques. J’explore «avec un bonheur égal les terres de la contemplation, de la spéculation sémantique et philosophique, du déroutement d’objet et l’iconographie sans fin de nos réseaux technologiques.» «L’aiguillage perceptif est rigoureusement minime» dira Arnaud Claass à mon égard, «le tout lançant au spectateur une sorte de défi MÉDITATIF